DŽclaration de Jo‘l Busson.

 

         Suite ˆ l'article paru mercredi dernier dans Presse OcŽan ˆ propos des dernires facŽties de L. Oury. Je tiens a apporter les prŽcisions suivantes. Puisque parait-il la vŽritŽ historique intŽresse Louis Oury. Je suis, fils d'un DŽportŽ RŽsistant. Mon pre n'a pas ŽtŽ fusillŽ en 1943 puisque je suis nŽ en 1947.

         Membre de la Jeunesse Communiste mon pre a ŽtŽ arrtŽ par le SPAC pour activitŽs contre le rŽgime de Vichy et l'occupant et aprs avoir ŽtŽ emprisonnŽ en France, il sera dŽportŽ ˆ Buchenwald et ˆ Dora-Elrich. Il avait le titre de DŽportŽ RŽsistant .

         Autre prŽcision, le panneau sur la route de Soudan indique l'entrŽe de la Sablire lieu d'exŽcution des otages le 22 octobre 1941. Le camp de Choisel se situait ˆ la sortie de la ville sur la route de FercŽ.

 

         Ë propos des Žlucubrations de Louis Oury, Je me demande ce qu'il recherche sinon a faire parler de lui en attaquant rŽgulirement le travail du comitŽ du souvenir. En quoi notre travail de mŽmoire le dŽrange ? De quel droit s'Žrige-t-il en procureur ?  O bien de qui est-il ou se fait-il l'instrument ?

         Louis Oury, se permet de juger celui-ci Žtait rŽsistant, celui-lˆ ne l'Žtait pas, car il Žtait communiste. C'est Louis Oury qui ÇrŽŽcrit l'Histoire ˆ sa faonÈ. Le seul but du ComitŽ du Souvenir est de transmettre la mŽmoire des RŽsistants, des victimes du nazisme, de lutter contre les falsificateurs et autres nŽgationnistes.

         Louis Oury ˆ participŽ un temps au travail de mŽmoire personne ne le nie, il fut mme ˆ une Žpoque membre de notre comitŽ du souvenir. Sans le comitŽ du souvenir, la pice Žcrite par Louis Oury n'aurait pas ŽtŽ produite. Que nous reproche tÕil ? DÕavoir Žlargi notre travail depuis pour faire revivre et reconna”tre la mŽmoire dÕautres RŽsistants ?

          Ë propos de l'absence de ses ouvrages au sein du musŽe, seuls sont ˆ la disposition des visiteurs les publications de l'Amicale de Ch‰teaubriant -Voves- RouillŽ. Il n'y a pas de librairie au musŽe et de plus L. Oury n'a jamais sollicitŽ quiconque pour l'exposition de ses ouvrages en un lieu qui n'a pas cette vocation, ni l'autorisation d'y tenir commerce. Les ouvrages comme ceux d' A. GERNOUX pour ne prendre qu'un exemple n'y figurent pas non plus.

         Autre prŽcision, L. Oury prŽtend avoir ŽtŽ interdit de cŽrŽmonies officielles ˆ Ch‰teaubriant. A ce que je sache, les autoritŽs de la RŽpublique n'ont nullement interdit ˆ L. Oury d'tre prŽsent. Je peux par contre tŽmoigner comme de nombreux participants aux cŽrŽmonies de sa prŽsence dans le dŽfilŽ o il n'a cessŽ d'importuner sur le parcours diverses personnalitŽs. PrŽsent dans la sablire, il s'est adressŽ ˆ plusieurs responsables de l'Amicale Ch‰teaubriant -Voves- RouillŽ.   

         Autre remarque, avec L Oury, certains portent des apprŽciations sur le contenu d'un musŽe qu'ils n'ont mme pas visitŽ selon leurs propres dŽclarations. Ce musŽe consacrŽ ˆ l'internement en France sera enrichi et il ne prŽtend pas tre sans lacunes, ni dŽfauts, mais il faut ne pas tout brasser et y apporter des critiques qu'ˆ partir de sa thŽmatique.       Dernires remarques :  Si ce haut lieu de la RŽsistance existe c'est le courage manifestŽ par les fusillŽs jusqu'a leur ultime souffle qui lui en a donnŽ ce statut et aussi le courage des Castelbriantais qui dans les heures suivant les fusillades sont venus fleurir et planter les trois couleurs de la Patrie sur les traces du sang des martyrs.

         Si la Sablire est devenue ce lieu avec le monument, frŽquentŽ par environ 10 000 personnes cette annŽe, 65 ans aprs les fusillades d'octobre 1941, et aujourd'hui avec le musŽe, c'est que dŽs la LibŽration les compagnons de captivitŽs des fusillŽs, leurs familles, ont crŽer une association pour que la mŽmoire des 27 vive.

         Ce sont les survivants du camp de Choisel, qui ˆ leur retour de dŽportation ou ˆ peine sorti des combats de La RŽsistance ont acquis parcelle aprs parcelle la Sablire.

         Oui, l'ƒtat aurait pu acquŽrir ce lieu, il ne l'a pas fait.  Mais, aujourd'hui c'est L Oury qui prŽtend rŽŽcrire l'histoire et spolier ceux qui comme Odette Nils, PrŽsidente de l'Amicale Voves RouillŽ et ancienne internŽe ˆ Choisel, entretiennent la mŽmoire.  De cette mŽmoire dŽdiŽe ˆ toute la RŽsistance, La Sablire Žtant le seul lieu d'exŽcution en France restant en permanence ouvert ˆ tous !

         Que psent les facŽties et Žlucubrations de L. Oury au regard de notre travail de mŽmoire ? Au nom de qui et ˆ quel titre Louis Oury s'Žrige-t-il en procureur, dŽnonce, ordonne... Est-il victime seulement de son Žgo ? Ses manifestations me paraissent bien pathŽtiques. Mais qui donc a intŽrt ˆ entretenir de telles polŽmiques ?

 

            En tout Žtat de cause jamais, nous ne laisserons insulter le dŽvouement des "militants de la mŽmoire " que sont les historiens, les conservateurs, les tŽmoins, les familles des victimes du nazisme, de tous les bŽnŽvoles qui se consacrent honntement ˆ la manifestation de la mŽmoire, de la rŽalitŽ historique avec ses ombres et ses lumires.